Avez-vous déjà fredonné « I am a superwoman, yes I am, Yes she is.. » d’Alicia Keys? Pour s’encourager pendant le ménage le week-end. Ou après une dure journée de travail, juste avant de commencer la seconde journée avec les enfants.

Superwoman est un terme qui reflète assez bien le quotidien des femmes. Des femmes aux multiples casquettes capables de jongler avec plus ou moins d’aisance, entre la vie professionnelle et la vie privée. Capables d’endurer des coup et de garder le sourire malgré tout.

Mais alors sommes nous vraiment des superwomen? avons nous le droit de ne pas l’être?

« I am a superwoman! Yes I am, Yes she is… »

C’est motivant n’est ce pas? « c’est dur, mais je vais y arriver! parce que je suis une superwoman ». Nous avons besoin de se réconforter, car il faut l’avouer la vie des femmes est complexe. Des difficultés à surmonter, des choses à prouver, des tâches à faire … nous en avons pléthore.

Oui, j’ai dansé avec beaucoup d’enthousiame sur le tube d’Alicia Keys, cette chanson reflète bien comme je le disais tantôt, le quotidien de plusieurs femmes.

Cependant, aujourd’hui j’entends ce terme avec beaucoup de recul. Etre une superwoman, veut dire que l’on est pas juste une femme, on est bien plus que çà! Etre une super woman signifie littéralement que l’on est plus qu’une femme. On serait dotée d’une force extraordinaire. Celles qui savent jongler entre un emploi à temps plein, les corvées domestiques et l’éducation des enfants.

Cela sous-entend également que l’on serait des héroïnes, celles qui font, et savent tout fixer. Que l’on doit être des personnes qui ne font pas d’erreurs, ou qui en tout cas ne doivent pas les montrer. C’est trop de pression!

Too much pressure!

A force de croire ou de nous faire croire que l’on est des superwomen, on finit par surestimer notre capacité, pour ensuite culpabiliser lorsque on ne réponds pas au standard imposé.

Oui, nous sommes capables de faire preuve de ténacité. Nous assumons multiples rôles avec grâce et bravoure. Mais nous ne sommes pas surhumaines, nous avons des limites.

Les femmes ne sont pas des êtres super-fortes, super-jongleuses, super -agréables, super je ne sais quoi!..

Nous avons le droit d’être exténuée, ou en colère, sans avoir à se justifier. Nous avons le droit d’envoyer tout balader sans culpabiliser lorsque nous sommes à bout.

Nous avons le droit de dire tout haut que notre homme ou notre enfant a des problèmes psychologiques et/ou émotionnels,et que nous ne sommes pas capables de l’aider. Nous ne sommes pas une force surnaturelle qui doit et peut prendre soin de tout le monde sans faiblir.

Si le soir en rentrant du travail, vous êtes trop fatiguée pour cuisiner, commandez une pizza, achetez des burgers, ce n’est pas un péché!

Si la maison est en désordre le week-end et que vous n’avez pas la force de tout ranger, laissez tomber! il n y a pas de prix « maison la plus soignée » à remporter.

Si vous êtes avec un homme qui a des insécurités ou autres soucis, vous devez arrêter d’essayer de l’aider, il y a des professionnels pour çà. Ce n’est pas aux femmes de soigner ou de rééduquer leurs hommes, nous avons nos propres problèmes.

I am just a woman, and it’s OK!

Par ailleurs, les femmes sont mises sur un piédestal concernant les vertus et les valeurs liés à l’éthique. Plusieurs mythes sont construits sur le fait que la femme est censée être pure, dénuée de toute immoralité et faiblesse.

Par exemple, j’ai entendu une de mes auteurs préférés raconter à quel point une femme avait été choquée, lorsqu’une autre fut arrêtée pour détournement de fonds publics. Elle disait, « mais comment a-t- elle pu oser détourner de l’argent? c’est une femme, une maman! » Is it some kind of joke? il y a un genre pour détourner de l’argent?? NON.

Les femmes ont également des pulsions, des limites comme tout le monde! (comme les hommes quoi! non messieurs vous n’avez pas le monopole de la bêtise ou de l’erreur). Nous ne sommes pas des saintes au grand coeur. Nous sommes justes des femmes, de simples êtres humains.

Alors oui, nous sommes Superwoman par la force des choses, c’est un fait. Car il faut être brave pour assumer autant de rôles. Nous sommes les héroïnes de nos petits bouts, car être mère c’est faire passer le bonheur de ses enfants avant le sien. Mais chacune à son rythme, sur sa propre musique. Nous avons le droit de ne pas être parfaite, et de retirer le « super » pour n’être que Nous, a woman.

Allinoch.